Tant d'Ure

Publié le par Artémis

Etant peu inspirée, poésie monorime pour le ludisme.
Désespérés: s'abstenir de lire.
 
 
Temps à fragile ossature,
Imposant de démesure,   
Que nul, jamais, ne capture,  
Mais, par l'esprit, configure,  
Imprime personnelle figure  
En plus humaine stature,  
Moins anthropophage posture.
Relativité déstructure,  
Assouplit, l'infinie voilure  
Et blesse, fissure, son armure.  
Pourtant, lui, persiste, perdure.    
Tricheur d'une lutte d'impostures, 
Ecrit un livre sans reliure  
Aux noms perdus sous ratures  
Repris, par mémoire, en murmures  
Et dans le coeur, graves gravures,  
Dans ce monde où rien ne dure.

Publié dans Poésie

Commenter cet article

D'Ocean 02/02/2008 18:49

Oh désespéritude!                Oh ragitude..          Capturés, déstructurés, fissurés,        Nous voici enficelés à jamais...*j'ai fait ce que j'ai pu par ces temps amers...Mais ne manque de vous souhaiter le bon souer'...

Artémis 02/02/2008 21:04

Mais tu n'as pas à rougir, D'Ocean. C'est très bien."Temps amers" ou à mer  ;)   Même plombées de désespéritude,Gardons notre Bravitude © ^^Belle soirée à toi aussi~~