Conte hivernal -4-

Publié le par Artémis

Elle eut à peine fini de prononcer ces mots qu’elle se retrouva sur un versant escarpé. Des sapins, raides et plantés comme des piquets, regardaient la scène sans un mot. D’autres, encordés, s’agrippaient au flanc de la montagne. Le soleil, excentrique tape-à-l’œil, s’étalait en faste ostentatoire en peignant d’or rose la montagne et les conifères. En contrebas, une forme ramassée se dessinait sur la neige.

Hermine s’approcha dans un souffle d’appréhension et, à quelques mètres, reconnut la silhouette de Renard. Elle sentit ses forces fondre, absorbées par le sol. Elle s’avança, le secoua doucement puis plus vigoureusement en l’appelant. Il ouvrit les yeux.
- Oh, j’ai eu si peur que j’ai senti mon cœur se verre-glacer dit-elle
Penchée sur lui, elle l’embrassa tendrement et alors, sur son museau, churent étrangement des perles de pluies salées. Le vent chuchota-t’elle. Mais, il n’y avait pas de vent. Puis, elle l’aida à se relever. L’un et l’autre portaient la mine blême des nuits sans sommeil.

- J’ai une patte cassée, je crois dit-il dans un rictus de douleur.
- Que s’est-il passé ?
- La neige, fondue sous le soleil, est devenue miroir de glace à l’approche du soir. J’ai glissé avec la luge puis dégringolé sur cette pente où j’ai subi la nuit. Je ne sais pas où est la luge, Hermine.
- Je vais la chercher.
Elle eut envie de l’admonester pour son imprudence mais préféra l’enlacer pour réchauffer son corps frigorifié par ce lit de neige et son cœur grelottant encore de leur querelle.

Puis elle commença à inspecter les abords de la forêt, les environs, déterminée à rentrer au plus vite. Elle retrouva une partie des vivres. Celles que les hôtes des lieux avaient bien voulus leur laisser. Le bilan était assez maigre, il faut l’avouer. Alors, Hermine, après une brève réflexion énonça son second vœu :

Un rapide traîneau abondamment garni des victuailles les meilleures

Que mon second vieux, heu vœu, fasse apparaître par heur et sans erreur.

Elle craignait que son lapsus ait fait échouer son vœu quand, sous leurs yeux enchantés, se matérialisa un traîneau tiré par six chiens-loups, alourdi d’une profusion d’aliments succulents. Plus qu’en eut pu contenir une corne d’abondance. Hermine aida Renard à s’asseoir, et chargea la luge faiblement remplie, dans le traîneau. Les chiens saluèrent les passagers et le chef de meute demanda la direction avec un petit accent gouailleur. Renseignés, ils démarrèrent en trombe tandis que les amoureux se blottissaient l’un contre l’autre. Les paysages féeriques se succédèrent à un rythme qui les rendait difficilement appréciables pendant que le commandant des troupes canines braillait un répertoire de vieilles chansons françaises avec des faux airs de Maurice Chevalier.

Epuisés, ils étaient serrés dans le sommeil lorsque le braillard cessa et qu’un silence total retentit. A leur réveil, ne demeurait que le traîneau. Maurice Chevalier et ses comparses s'étaient magiquement volatilisés. A jeun, Yvrette, les vœux ! A jeun ! marmonna Hermine en soutenant Renard. Heureusement, ils ne tardèrent pas à regagner le chalet qui n’était plus très loin. Après plusieurs voyages, le traîneau fut entièrement vidé.

Quant au troisième vœu, qu’advint-il ? pensez-vous. Contre toute attente, d’une certaine façon, il fut exaucé.

En effet, est-il plus grande fortune que de se trouver parmi ces milliards d’âmes et de cœurs ?


FIN
 

Publié dans Conte

Commenter cet article

D'Ocean 29/01/2008 12:23

Tu étais loin de penser en écrivant cette dernière ligne, qu'elle apaiserait mon âme en la lisant maintenant!"En effet, est-il plus grande fortune que de se trouver parmi ces milliards d'âmes et de coeurs?"Merci Artémis...Bon mardi~~***

Artémis 29/01/2008 20:13

Je suis touchée, D'Ocean, qu'elle t'apporte un réconfort et que les émotions qui l'ont modelé te soient parvenues.J'aimerais écrire encore mais le résultat ne me satisfait pas en ce moment. Mais je persiste.Belle soirée.

D'Ocean 25/01/2008 23:30

Bon...je viens d'apporter un petit cocktail bleu pour fêter avec Yvrette & toi, bien sûr, la Ste Artémis...Bonne fête belle plume!~~

Artémis 26/01/2008 12:46

Délicate pensée et humour fin. Un joli cadeau qui me touche. (^_^)~~Merci D'Ocean~~.

D'Ocean 24/01/2008 10:36

Quel Bonheur!...Le début de cet épisode , riche de détails m'a évité la précipitation vers la fin..pour savoir..j'ai avancé lentement en savourant toutes tes perles assemblées avec tendresse et ..humour!..et quel rare humour!...Et le message final de grand espoir..j'ai adoré!Merci...et je sais que le prochain conte sera aussi envoûtant~~Belle journée, Belle Plume~~°~~

Artémis 24/01/2008 21:23

Merci de ton message très encourageant par l'enthousiasme que j'y devine. Tendresse, humour, espoir... cela correspond bien à ce que j'avais notamment à l'esprit lors de l'écriture. Au carrefour de ta sensibilité  et de mes mots, émotions transmises. J'en suis heureuse ! Bonne soirée ~~