Conte hivernal -1-

Publié le par Artémis

La nuit prenait une couleur étrange sur le givre. La neige alanguie sur les pentes du toit du chalet d’Hermine et Renard se détachait parfois et tombait dans un bruit sourd sur la rambarde en rondins du balcon. La lueur émanant de la fenêtre semblait danser. Le souffle d’air glacé qui passait sous la porte et les vitres agaçait la bougie fichée dans un bougeoir rupestre sur la table en bois brut.

Hermine, au chaud derrière la vitre, regardait la neige se bleuir de froid. Les bûches, pauvres pénitentes au bûcher des vanités, gémissaient en craquements sinistres sous l'assaut des flammes. Non, non, pas de l’Enfer mais de la cheminée. Des flocons valsaient en confettis de feutre, les sapins tanguaient, ivres de vent tandis que la lune facétieuse s’amusait avec les nuages. Renard finit de sangler son sac à dos et se dirigea vers la porte. En croisant les yeux d’Hermine, il espérait y déceler quelques indices, sonder sa pensée. Mais elle avait rendu son regard aussi hermétique que celui d’un félin tout en captant chaque lueur de l’âme de Renard. Avoir essayé de la blesser ne lui apporterait rien. Même pas de savoir s’il y était parvenu. Rien d’autre finalement que la rendre distante et plus glaciale qu’un névé. Et pourtant, aller chercher quelques vivres présentait, vu la distance et le parcours, potentiellement quelques dangers qu’aucun n’ignorait. La montagne est aussi sublime qu’hostile.

"On dirait que le jour ne se lève pas. Je devrais peut-être attendre encore un peu"dit Renard d’une voix serrée. La réponse demeura aux abonnées absentes. Il s’approcha d’Hermine. Elle esquiva et s’éloigna de la fenêtre. Il sortit et posa son sac sur la luge. Elle referma la porte et ne le quitta pas du regard jusqu'à ce qu’il disparaisse, happé par les limbes de l’aube et de l’éloignement. Alors, elle bondit sur une chaise, cacha son museau dans ses pattes et sanglota.

Renard marcha vers le premier éclat de soleil. Ses traces dans la neige le suivaient comme son ombre au milieu de ce rail qui naissait sous les patins de la luge qu’il traînait derrière lui. Son souffle se gelait en stalactites sur son pelage, ses babines. Cette dispute, ces phrases, ces pensées tues s’entrechoquaient de synapses en synapses masquant le crissement de la neige qui s’écrasait sous ses griffes. Dans deux jours, il serait de retour. Dans deux jours, les choses seraient arrangées. Et puis, les victuailles, le feu de la séparation -et surtout dans ces circonstances- favoriseraient la réconciliation. Il se rassérénera à cette idée.

Un cauchemar réveilla Hermine. Et plus encore que le cauchemar, le message qui y était délivré par les Moires la tint éveillée: "Tout couple est un trio. Elle, lui et le lien qui les unit. Ce lien qui se nourrit d’eux autant qu’il les nourrit. L'effriter, le détruire est prendre le risque de sombrer dans la nuit diurne."

Dès cet instant, elle ne fut plus seule. Les regrets, le tourment veillaient au pied de son lit.


A suivre, bien entendu et beaucoup moins dramatiquement que vous pourriez le supposer.

Publié dans Conte

Commenter cet article

D'Ocean 11/01/2008 16:31

A propos de la fleur d'accueil...j'avais en effet remarqué un changement de look...mais OB faisant des siennes, je pensais à un effet "Happy New Year "...Fleur givrée en harmonie avec le conte...suis-je si étourdie?..En tout cas, c'est original et très joli~~Bonne journée, Fine plume~~

Artémis 11/01/2008 20:18

La fine plume est un peu soucieuse pour sa santé depuis hier et donc, l'avancement du conte en pâtit. Quant au changement de présentation du blog et à l'iris effet vitrail, ce n'est pas un mauvais tour de l'admin d'O.B, cette fois. C'est vrai que la rose givrée va plutôt bien avec le conte même si elle l'a largement précédé sur le blog. Merci de cette pensée. Cela me fait plaisir.

D'Ocean 08/01/2008 18:11

Premier épisode..captivant, à lire très lentement, pour ne pas perde tous ces fins détails, ces jolies images..flocons de feutre...les griffes, les bûches arrosées d'un trait d'humour..pour mieux flamber...et les non-dits d'un amour peut-être compliqué mais fort...tu nous laisses partagés entre l'un bravant le danger et le froid, l'autre perturbée par une attitude..un peu ferme...Ah l'amour!~~que c'est complexe....Bonne suite Artémis~***

Artémis 08/01/2008 23:39

Merci D'Ocean. Comme toujours, tu as saisi les points essentiels et ce, tout en finesse. J'ai particulièrement travaillé le style dans l'esprit conte avec une pointe de surnaturel notamment par la personnification de la nature, des objets ou éléments ce qui, je le sais, ne t'a pas échappé. Cette dimension s'incarnera davantage dans la seconde partie avec l'apparition de figures plus typiques des contes.C'est vrai, l'amour est très complexe. Plus encore que l'humain. C'est tout dire.