Imaginez un monde où...

Publié le par Artémis

Voici l’article annoncé sur l’écologie. Cette fois-ci, j’ai souhaité vous proposer une approche à la fois plus concrète et plus générale afin que l’universalité des enjeux et des répercussions pour chacun soit plus évidente.

Imaginez un monde où les animaux de toutes tailles, de toutes espèces, les plantes, les arbres, les fleurs auraient disparus. Et ce, depuis si longtemps que seuls les plus âgés aient pu vivre dans un monde tel que nous le connaissons actuellement.

Imaginez un monde où il n’y aurait plus de légumes, de fruits, de viandes, de poissons, de produits laitiers, de céréales et produits dérivés (pain, pâtes, gâteaux, etc…). Désormais, si rares, ils seraient réservés à une caste restreinte d’extrêmes privilégiés.

Imaginez un monde où il n’y aurait plus d’habitations individuelles pour la quasi-totalité des humains qui vivraient désormais dans des foyers communs sur des paillasses à même le sol.

Imaginez un monde où certaines jolies femmes pour avoir le luxe d’un repas composé de viande et légumes et d’une demeure confortable s’aviliraient jusqu’à se déshumaniser pour n’être qu’un objet, un « meuble » parmi d’autres.

Imaginez un monde où les gens, en foule compacte, se bousculeraient jusqu’à risquer de mourir piétinés pour arracher, distribuées par une pelleteuse, de petites plaquettes vertes. Seule nourriture disponible et composée de quel(s) ingrédient(s) ?

Imaginez un monde où les gens, par désespérance et pour échapper à cette horrible existence, viendraient sciemment dans des centres se faire euthanasier.

Pour l’instant, ceci n’est qu’une fiction. C’est l’histoire d’un film d’anticipation, adapté du roman Make Room ! Make Room ! de Harry Harrison et réalisé par Richard Fleischer en 1973 avec Charlton Heston et Edward G. Robinson. Ce film, que j’ai vu trois fois sur les six dernières années et qui a certes un peu vieilli sur la forme -comme la plupart des films des années 70 et 80- mais est d’une parfaite actualité sur le fond, c’est Soleil vert (Soylent Green). Je ne saurais trop vous recommander vivement de le voir aussi. 





Idéalement, pour ne pas altérer la puissance de réflexion et d’émotion qu’il possède, il faudrait même que vous oubliiez les renseignements que je vous ai fournis afin de vous laisser entraîner, l’esprit neuf, par le film. Enfin, je précise qu'il ne vous donnera pas envie de vous pendre mais au contraire de regarder ce qui vous entoure avec une conscience plus aiguë du caractère merveilleux et fragile de cette planète -que l'on suppose à tort immuable- et éveillera la volonté d’agir pour éviter cette évolution désastreuse.

A ce jour, le monde décrit dans Soleil Vert n’est qu’une fiction. Mais pour combien de temps encore ?



A environ quinze minutes de la fin du film, scène dans l'institut d'euthanasie. Sol a choisi de revoir, avant de mourir, le monde qu'il a connu tandis que Thorn le découvre.

Publié dans Ecologie

Commenter cet article

ibios 25/01/2008 11:58

Hummm, je décèle une certaine recherche d'un ton donné ainsi que d'un vocabulaire particulier et épuré, mais dans l'autre sens, celui de l'expressif de tes énnoncés..Amusante façon de se démarquer par un style recherché que je perçois comme étant  approchant de la limite du "compliqué"..,Attention toutefois à ne pas en faire de trop dans le style envers cette manière d'écrire; on peut être surpris et même pas tenté d'aller plus loin.La simplicité est de mise lorsque l'on désire être perçu, sans autre forme, perçu par tous.., mais là n'est pas le désir de tous et parfois on a envie de poursuivre dans son style, dans l'effet des mots donné, alliés ou pas ?  J'm asser les styles différents dans les écrits, des styles et des genrs tantôt hyper épuré, tantôt comme ici, ou l'onn y voit une approche des mots qui est visiblement différente et perso.Dans les modes d'expressions perso, de trouver une façon de s'exprimer qui soit fluide tout en étant recherchée..Un bémol ?On peut saisir sur le vif ou bien pas.., ce qui fait que l'on peut donner une impression, sans le vouloir. que le lecteur en perde le fil de l'histoire selon la construction des phrases et le sens donné à l'accord des mots.On décrit et on explique ce que l'on pense sur un monde à venir, sur un monde à imaginer ou comme tu le dis ; l'avenir serait déjà derrière nous, en qq sorte..Amicalement,  john

Artémis 25/01/2008 21:34

 Assurément.Je suis d'accord. J'aime utiliser toutes les ressources de la langue française plus riche que toute autre de nuances et possibilités. Effectivement, dans certains de mes textes, une recherche d'une approche différente -car adaptée- dans l'optique d'exprimer des idées, interrogations, émotions, sentiments, ou de créer une atmosphère. Parfois, une envie ludique de jouer avec les mots. Toutefois, je ne suis pas dans une quête d'originalité à tous crins puisque tous ces styles correspondent à un aspect de ma personnalité.En effet, je risque de n'être pas comprise, de dérouter, d'agacer, de déplaire. Mais en réalité, ce risque tout un chacun le prend même en croyant l'éviter. Or, je préfère déplaire sur ce que je suis, que plaire sur ce que je ne suis pas. Sans doute, est-ce pour cela que la franchise des autres ne me dérange jamais, qu'elle soit louanges ou critiques.   Sinon, je demeure persuadée que l'avenir n'est ni apocalyptique, ni régressif mais différent. L'humain saura s'adapter et inventer. Il l'a toujours fait. Le climat deviendra plus difficile que nous avons pu le connaître. Il y aura des drames pour certaines populations qui, par un effet de chaîne, en entraîneront d'autres pour les pays du Nord. Certains changements sont déjà inévitables, d'autres peuvent encore être limités. Néanmoins, pas de  vie, sans changements, mouvements et imprévus, bénéfiques ou néfastes. Amicalement.

ibios 19/01/2008 22:05

Très sympa ta banière ; une sorte de mozaïque avec un titre (pas arrivé à lire), le motif est original et coloré !nb. le soleil vert ou bleu... ou les vertues exacerbées du génie génétique...Ce qui peu arriver réellement c'est déjà l'étape 1 ; l'état des aliments dans 100ans, par exemple, les terres & agricultures seront devenues impropres du fait des pesticides, engrais et rejets nocifs.Ce genre de chose : je ne sais pas trop a quel moment on va se rendre compte qu'une bonne partie des eaux potables et  des terres cultivables sont et/ou seront contaminées ?

Artémis 20/01/2008 13:48

Merci. Ma bannière est un des iris (germanica, je crois) de ma mère modifié par effet vitrail. .Quant à l'inscription, c'est le titre de mon blog.  Je me suis fait la même réflexion  sur sa lisibilité, il y a quelques jours. Je ne suis pas en quête du Graal mais de la bonne couleur.  Le génie génétique, c'est un peu comme le communisme ou la découverte de l'atome. Une belle idée au départ qui peut conduire à des monstruosités dès lors que l'on sait de quoi l'humain peut être parfois capable. L'agriculture chimique n'existe massivement que depuis une cinquantaine d'années en France (mes grands-parents avaient connus ce que l'on appelle aujourd'hui l'agriculture biologique) et les sols, le milieu aquatique externe ou souterrain, ainsi que marin sont déjà largement contaminés. La plupart des insectes nuisibles résistent aux pesticides lorsqu'ils en détruisent des bénéfiques (coccinelles) voire indispensable (abeilles). Malgré les pressions fortes et quasi-mafieuses des lobbys type Bayer ou Monsanto, des études prouvant la toxicité sanitaire sur l'homme (et en premier lieu, les agriculteurs) sont déjà accablantes: maladies neurologiques, cancers, stérilité, etc...Aussi, sur la base de tous ces éléments et sachant que la majorité des études réalisées le sont sur commande de ces groupes, je ne crois pas qu'il faudra plus de deux ou trois décennies pour finir la contamination déjà bien avancée. Enfin, on parle souvent de la pollution automobile et industrielle de l'atmosphère mais si rarement de celle issue des engrais et pesticides. Et pourtant, du fait de la carte agricole française, nous respirons tous plus ou moins ces produits agricoles chimiques. Néanmoins, je demeure optimiste dans une prise de conscience pour peu que les consommateurs et citoyens soient informés. Sur ce, bon dimanche.

dasola 25/12/2007 10:58

Ce film Soleil vert, je l'ai vu il y un certain temps mais le sujet fait froid dans le dos. Et comme vous dites, même si c'est une fiction (pour le moment), avec le surpeuplement humain, cela pourrait devenir une triste réalité. Ce qui me frappe, c'est qu'on "se gargarise" du fait de l'allongement de l'espérance de vie. Si c'est pour ce qui se passe dans le film, ce n'est peut-être pas la peine.

Artémis 26/12/2007 23:00

Effectivement, le surpeuplement et l'allongement de l'espérance de vie sont deux variables importantes qui influeront considérablement sur l'avenir  quotidien de l'humanité toute entière. Personnellement, je demeure optimiste dans le sens où l'humain a toujours su s'adapter et inventer pour résoudre les problèmes existants. Par contre, cela implique impérativement des changements importants et immédiats à multiples niveaux et de la part de chacun.  Ces changements auront-ils lieu à temps .? Là commence mon doute.

D'Ocean 21/12/2007 22:36

Cela donne des frissons...mais un tel film peut faire réfléchir et changer ainsi quelques mauvaises habitudes..faire également apprécier chaque bouchée, chaque nuit dans son lit douillet...chaque cuillerée de miel...Bonne soirée ~~

Artémis 21/12/2007 23:59

Donner l'impulsion nécessaire à une prise de conscience mais aussi à une réflexion sur son environnement, sur la portée de ses actes et leur impact sont les principales qualités de ce film.Je ne sais plus qui a dit "l'on protège ce que l'on aime". Cela me semble être le postulat fondateur d'un rapport plus riche à la Nature. Même si aimer, ce n'est pas forcément accepter ou trouver tout merveilleux ,en permanence. Bonne nuit~~