Le miel

Publié le par Artémis

Il y a quelques jours, j’ai repensé, en mangeant du pain au levain beurré et tartiné de miel, à une récente discussion au sujet du miel, justement. Mon interlocutrice me disait ne pas aimer le miel qu’elle jugeait trop sucré (le nombre de fois que j’ai pu entendre ça !). Je lui demandais quelle variété elle avait goûté et alors que je m’attendais à toutes fleurs, elle m’a répondu Lune de Miel. Quoi ! Ce truc qui n’a que le nom de miel ! Non, je ne suis pas atteinte de Jean-Pierre-Coffisme, mais franchement, il est impossible d’accoler le terme miel à cet ersatz embouteillé en biberon plastique. Et, j’ai la prétention de connaître mon sujet. Le miel, j’en mange dès que j’en ai envie (généralement lorsqu’il fait froid) depuis que je suis gamine. Donc, inutile de dire que j’ai goûté à peu près tout ce qui existe en miel européen. Or, je pense qu’il est important de rétablir certaines vérités au sujet de ce fabuleux aliment.

Miel et abeilles











Aliment sain

De par sa composition (glucose, fructose, acides aminés, vitamines, oligo-éléments et sels minéraux) et ses vertus, le miel est un produit précieux. Il possède des propriétés antioxydantes (ralentissant la formation de radicaux libres à l’origine du vieillissement accéléré des cellules de l’ensemble du corps) qui préviennent le vieillissement prématuré et renforcent les défenses immunitaires. Mais il est aussi cicatrisant et très efficace pour la plupart des problèmes cutanés (blessures, écorchures, boutons, brûlures, rides, etc…). D’ailleurs, il est à nouveau utilisé en milieu hospitalier. Merci M. Hippocrate.

Afin de profiter de ses bienfaits, il faut veiller à ce qu’il ne soit surtout pas chauffé mais extrait à l’extracteur centrifuge par l’apiculteur. Et le miel ne fait pas non plus grossir comme je l'ai déjà entendu. Je suis bien placée pour le savoir.


 



Aliment plaisir

Le miel, c’est avant tout ça pour moi, un aliment plaisir. Il en existe tant de variétés qu’il est difficile de ne pas en trouver un à son goût. Personnellement, j’ai déjà essayé tous ceux qui suivent et préfère les miels de thym, romarin, montagne et garrigue.

Miels doux : toutes fleurs, colza (bof) pissenlit, ronce, lavande, aubépine, tilleul et acacia (bof).

Miels au goût particulier : citronnier, oranger, framboisier, bruyère, bruyère callune, châtaigner (assez fort)

Miels typés et corsés : montagne, thym, romarin, garrigue, maquis

Enfin, vous avez les miellats (le miel de sapin et certains miels de maquis) qui ne sont pas élaborés par les abeilles mais par les pucerons (ne soyez pas dégoûtés. C’est bon aussi).


Comment reconnaître un bon miel ?
Abeille butinant
Avant que vous ne deveniez experts, il faut vérifier plusieurs choses :

- Non chauffé mais extrait à froid
- Variété clairement indiquée
- Apiculteur récoltant à privilégier. Veillez à ce que la mention " récoltant " figure, sinon votre miel sera peut-être un assemblage de miel de Hongrie et de Chine (très fréquent), chauffé et contenant des additifs mélangés à du sucre raffiné. Résultat : un miel à vous dégoûter du miel !
- Provenance géographique précise comme pour un fromage ou un vin.
- Sans additifs protéiniques. Sans présence d’antibiotiques et de pesticides ou insecticides chimques.


Les abeilles

Anatomie abeille ouvriere








Je ne peux pas clore ce sujet sans évoquer les dangers qui menacent les abeilles et à travers elles, l’ensemble du vivant.

- Maladies inexpliquées et incurables
- Stérilité élevée (comme chez les agriculteurs utilisant des engrais et pesticides chimiques. Et chez les consommateurs ?)
- Mortalité sans précédent (Voir vidéo 2 )

 




En conclusion

Les abeilles, qui ne piquent pas à tort et à travers comme les guêpes, nous sont indispensables. Espérons que nous en prendrons conscience avant leur totale extinction car comme le disait Albert Einstein : " Si les abeilles devaient disparaître, l'humanité n'aurait plus que quelques années à vivre."


Sinon, je n’ai pas abandonné l’idée d’un article sur l’écologie que j’évoquais il y a un certain temps. Remanié, laissé de côté puis redémarré sur d’autres bases maintes fois, je pense avoir enfin trouvé l’idée qui me convient. Il me faut toujours une très bonne raison pour renoncer, sinon, je persévère.

Publié dans Divers

Commenter cet article

dasola 21/01/2008 11:01

Billet très intéressant. Et c'est vrai que les abeilles sont excessivement menacées et c'est très grave. Moi-même, je ne suis pas une grande mangeuse de miel mais je dois reconnaître que d'abord c'est très bon et puis ce n'est pas plus sucré que le sucre.

Artémis 21/01/2008 20:59

On sait que les abeilles sont, avec les bourdons, les pollinisateurs majeurs. Or, sans elles, de quelle importance sera la répercussion sur le monde végétal ? De combien d'espèces végétales cela provoquera-t'il l'extinction ? Quelles seront les conséquences sur la chaîne alimentaire ? Sur l'atmosphère ? Autant de questions qui, j'espère, ne seront jamais d'actualité..Sinon, le miel, étant composé majoritairement de fructose, est préférable au sucre dit raffiné (sucre blanc ou reteint) pour la santé et la silhouette.

D'Ocean 06/01/2008 16:48

En lisant tes derniers articles, je revois celui-ci avec plaisir..avec délice..ce qui me fait penser qu'en ces temps éprouvants pour la santé..froid, humidité,vent...je vais commencer une cure de miel/gelée royale...et déguster la précieuse substance lentement...pour en capter tous les bienfaits...au lieu des comprimés "miracle" de vitamines synthétiques...Bon dimanche Artémis...un rayon de miel***

Artémis 06/01/2008 19:54

Je sais, je n'écris pas beaucoup en ce moment. Enfin, plus exactement je ne publie pas énormément. Car, en fait, je n'ai pas cessé d' écrire.  Bref, tout cela fait peu de nouveautés au final sur mon blog.Sinon, bonne idée qu'une cure de gelée royale pour booster moral et défenses immunitaires. Pour ma part, je continue le miel. Le froid et les brusques changements climatiques en entretenant l' envie. Belle soirée, chère amie.

D'Ocean 19/12/2007 16:14

Merveilleux et délicieux article!~~En effet..lune de miel...est loin de l'AOC..J'ai eu une ruche...et quel plaisir de veiller sur ces butineuses, sans les voler..juste prélever une brèche...leur laisser le reste pour l'hiver et leur apporter de douces infusions , mais le plus souvent, on leur prend tout et les nourrit ensuite au sirop de sucre l'hiver...pas top!~~Tes conseils sont excellents...as-tu croqué une brèche ? alvéoles+miel operculé..ainsi il y a aussi les bienfaits de la propolis et le goût réel ...c'est vrai que les abeilles sont en danger à cause des pesticides! Je suis certaine que tes pages nature seront riches d'infos~~bonne soirée

Artémis 19/12/2007 20:36

Merci D'Ocean. Effectivement les nourrir au sucre (ce qui les affaiblit considérablement ) est encore une pratique courante. Malheureusement. Mélanger du sucre au miel avant commercialisation aussi.  Oui, j'ai déjà goûté une brèche. C'est très bon (plus contrasté) et j'avais aimé la consistance plus dense que le miel seul. La propolis est une alliée précieuse en hiver mais je ne suis pas certaine que le goût assez fort, ne rebuterait pas une large majorité. Dommage.Il y a les pesticides évidemment (Merci Bayer et Monsanto) et paraît-il les OGM (là je suis réservée bien que totalement opposée).Bonne soirée.