Comment faire fortune ?

Publié le par Artémis

Faire fortune sans imposition ISF, vous pensiez ceci réservé aux " amis CAC 40 " du dictateur Sarkozy, voire aux gagnants du Loto ? Que nenni ! Devenir très riche, avec un niveau intellectuel ou un cursus d’études en dessous du niveau de la mer est possible. C’est déjà la réalité d’un millier de français. Vous les pensez patrons " libéraux-capitalistes ", forcément " bourgeois " et peut-être même, tare suprême, sympathisants UMP ? Pas du tout.

Cette profession lucrative, c’est trafiquant de drogues (
Lien article Le Figaro). Avec un marché d’1,2 million de clients et un chiffre d’affaire de 832 millions d’euros, voilà un métier d’avenir. Surtout qu’avec la clémence acquise d’avance de la justice, toujours prompte à relâcher le criminel, pauvre et innocente victime d’un passé, d’une enfance, d’une brimade, etc…., les risques sont limités. En plus, rendez-vous compte, vous gagnerez près de 46.000 € mensuels sur douze mois. Pas de treizième mois ou de tickets resto, par contre. Eh oui ! Il y a quand même quelques désagréments. Cependant, pour vous soutenir dans cette situation précaire, vous bénéficierez toujours du RMI et l’APL. Ce qui vous permettra, par le biais des aides sociales de la République, d’avoir, en quelque sorte, le plaisir de " baiser la France, cette salope " dixit le grand poète rappeur Monsieur R (non, non, ce n’est pas antinomique. D’ailleurs, Jack Lang qui s’y connaît en culture, nous l’avait dit que le rap est toujours de l’art et de la poésie. Pourquoi l’avait-il précisé ? C’est si flagrant !)- Que les mauvaises langues sachent que le R de Monsieur R, n’est pas l’abréviation de raciste. De toutes façons -et tout le monde le sait- il n’y a de racistes que dans les rangs des " culs blancs " ou des " faces de cadavres ", comme ils surnomment affectueusement " les gaulois ".

Donc, imaginez, avec de tels revenus, tous les projets qui s’offrent à vous. Ah, j’oubliais, il reste un dernier petit inconvénient. Il vous faudra, peut-être, ordonner à vos troupes de tirer sur des policiers pour défendre votre underground business. Mais vous le savez, on n’a rien sans quelques petits sacrifices et il vous faudra alors forcer votre répugnance à la pratique du " sacrifice de poulets " sauce NTM.

Trêve d’ironie. Je conclurai sérieusement, sur ce sujet, par les paroles (
disponibles ici) d’Aux enfants de la chance de Serge Gainsbourg " Je dis dites-leur et dis-leur de casser la gueule aux dealers ". Et à ceux qui croient que se droguer relève d'une attitude rebelle ou subversive, je réponds que la véritable subversion est de ne suivre que ses envies, que sa volonté et non de singer la subversion par conformisme moutonnier, pour " faire comme les autres ".




Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FS 07/12/2007 02:16

D'Ocean 06/12/2007 10:58

Artémis, tu sors tes flèches..hi-tech..pour la compétition..et le carquois est bien rempli~d'arguments percutants..chasse à l'in-humain qui tire sur ses frères pour du "pognon" et de la poudre..aux yeux!~~Toutes les facettes de tes pages reflètent un caractère bien spécial...et génial..bonne journée~~

Artémis 06/12/2007 22:38

Merci D'Ocean. L'article du Figaro, en me choquant, m'a fortement motivée pour traiter avec ironie divers sujets d'actualité qui m'échauffaient depuis quelques semaines.Les revenus de la drogue sont écoeurants à plus d'un titre. Et dire que cela a été toléré, pendant deux décennies, pour "acheter la paix sociale" comme disent les médias.Cet argent sert-il aussi à financer le terrorisme, en plus du trafic d'armes ?