Journal intime II

Publié le par Artémis

Contre mon gré, je suis le même chemin -un Chemin de Croix- que tu as emprunté plusieurs mois auparavant. Je me retourne et il s’efface au fur et à mesure, ne me laissant que le choix d’avancer mais je ne sais pas marcher à l’aveuglette. Souvent, j’ai l’impression d’être une petite fille perdue ne trouvant pas sa voie d’Est en Ouest sans pendule, sans boussole pour la lui indiquer. Alors, je ne bouge plus et j’attends. Et l’hyper rationnelle que je suis aussi revient me chercher et me fait reculer. Dans ces moments, je te déteste d’être parvenu, par ton endurance, ta ténacité et ton habileté à me faire suivre ce chemin. Malheureusement, je n’arrive jamais à te détester assez longtemps.
 
Ses questions se heurtent dans ma tête sans cesse. y parviendrons-nous ? Aplanirons-nous toutes les distances, tous les obstacles ? Y as-tu songé au moins ? Je sais, trop pragmatique, pas assez insouciante. Insouciante, tu parles,  je ne sais même plus si je le fus un jour.
 
Elle se leva, marcha dans la pièce de long en large puis vint se rasseoir en tailleur sur la chaise, absorbée. Elle reprit le stylo plume Parker Duofold en argent, cadeau de ses parents pour ses vingt ans, et continua d’écrire sur son journal.
 
Il n’y à plus d’écho pour répondre à mes incertitudes, mes frayeurs, mes découragements. Alors, je ne parviens plus à progresser dans mes questionnements.
 
Cette tempête de questions, de doutes, de certitudes dans ma tête, envahit tous les instants. Chaque jour, cela recommence. C’est épuisant. Si seulement, je pouvais cesser de réfléchir.
 
Elle regarda l’encre noire brillante des lettres s’assécher sur le papier en posant le stylo. Pendant un long moment, elle demeura absente, les coudes sur le journal, les yeux rivés sur les lignes qu’elle venait de mêler aux lignes de la feuille,  la tête entre les mains, les doigts enfoncés dans ses cheveux attachés.

Publié dans Nouvelles

Commenter cet article

D'Ocean 06/09/2007 15:17

Après une deuxième lecture, je dois ajouter que s'il est facile de remplir des pages.de simples pensées, ce n'est certes pas ton style!En effet, ce dernier texte, très bien "orchestré" force l'imagination..pour le cadre, les personnages, on partage leurs sentiments, on se pose mille questions, puis sous ta plume précise et brillante, des images plein écran...clap..clap..clap, des deux mains!

Artémis 07/09/2007 13:36

Désolée de n'avoir pas répondu plus tôt mais ça n'allait physiquement pas du tout  (trop de stress et de fatigue, rien de plus, je pense). Évidemment, ton message m'est précieux par sa précision, sa finesse d'approche et me fait très plaisir. Je ne sais que te répondre si ce n'est que je te remercie de tout coeur et que j'apprécie la subtilité de ta perception que je retrouve ici comme dans tes oeuvres inspirées et sensibles.

D'Ocean 05/09/2007 22:26

Style retrouvé...mystère et sentiments, passion..J'aime beaucoup le dernier paragraphe, arrêt sur belle image!...

Artémis 06/09/2007 13:48

Merci. C'est ce que j'aime dans les commentaires ; savoir ce qui est perçu et apporté par la sensibilité de chacun à la lecture d'une histoire, d'un texte. Or, ta sensibilité étant grande, le commentaire n'en est que plus intéressant.