Bases de l'écologie: le climat -2-

Publié le par Artémis

Le climat est également déterminé par les mouvements atmosphériques et océaniques.
 
 
L’influence des mouvements atmosphériques sur le climat dans les 3 grandes zones du globe: intertropicale, tempérées et polaires.
 
 Zone intertropicale

La zone  de convergence intertropicale (ZCIT), située de part et d’autre de la ligne d’équateur, se caractérise par des vents d’Est constants, les alizés, et de basses pressions atmosphériques. La ZCIT suit les mouvements solaires au cours des saisons et se déplace, dans une mesure malgré tout limitée, au Nord durant l’été boréal, et au Sud, lors de l’été austral. Ce déplacement ainsi que les variations pluviométriques déterminent les saisons dans une zone du globe où la durée du jour et l’ensoleillement ne varient quasiment pas. En mars et en septembre, la ZCIT se positionne au niveau exact de l’équateur indiquant le début des grandes saisons des pluies favorisant le développement des vastes forêts du globe : Congo, Amazonie, Indonésie.
 
Dans les zones situées entre l’équateur et les tropiques du Cancer, au Nord et du Capricorne, au Sud, une seule saison des pluies, la mousson, existe entre mai et juillet au Nord et novembre et février au Sud. Par contre, au niveau des tropiques, la forte présence d’anticyclones conduit à un climat semi-aride à désertique qui explique la localisation des grands déserts sur ces deux lignes (Sahara et Kalahari en Afrique, désert mexicain, Grand désert Victoria en Australie) et des particularités climatiques : très faible pluviométrie, forte amplitude thermique jour (40-50 °C) / nuit (quelques degrés au dessus de zéro) due à une forte insolation et à l’absence de couverture nuageuse.
 
Zone tempérée
 
Le climat des zones de moyenne latitude résulte de l’affrontement de masses d’air opposées (froid et sec en provenance des hautes latitudes et humide et chaud venant des tropiques) qui crée un climat tempéré avec des saisons marquées et des précipitations modérées et régulières.
Sans surprise, c’est dans cette zone que vit la majorité des populations du globe. Dans le cas de la France, il s’agit de l’opposition de l’anticyclone des Açores et de la dépression d’Islande.
 
 
Zones polaires
 
Comprises entre les cercles polaires et les pôles et nommées Arctique au Nord et Antarctique au Sud, le climat y présente une faible pluviométrie liée aux conditions anticycloniques, des températures négatives très basses (jusqu’à – 88°C record enregistré) ainsi que la présence perpétuelle de neige et de glace.
 
 
Mais l’atmosphère ne détermine pas seule les climats sous l’influence aussi des courants océaniques.
 
Circulation océanique et Gulf Stream
 
Les océans (représentant 70% de la surface du globe), sont plus longs à se réchauffer et à se refroidir que les zones terrestres. Ainsi, la chaleur emmagasinée par les océans est lentement restituée par l’évaporation (et dans une moindre mesure par conduction) alimentant les masses nuageuses et donc, la pluviométrie et la régulation thermique diurne/nocturne.
 
Le courant océanique chaud, le Gulf stream, issu de la fusion de deux courants (Nord équatorial des côtes africaines et du courant des Caraïbes venant d’Atlantique Sud)  remonte de la Floride vers le Groënland et est à l’origine de la dérive Nord Atlantique.
Ce courant (comme le Gulf Stream  pour l’Amérique) réchauffe les eaux et les côtes de l’Europe, du Sud vers le Nord (jusqu’à l’Arctique) et du Nord de l’Afrique. Son éloignement des côtes (envisagé selon les spécialistes d’ici 20 à 100 ans), consécutif à la fonte des glaciers (conséquence du réchauffement climatique amorcé) et à l’apport d’eau froide dans les Océans en résultant, pourrait profondément modifier le climat des continents cités ci-dessus.
 

Publié dans Ecologie

Commenter cet article