I didn’t know what time it was

Publié le par Artémis

Je dormais, depuis plusieurs heures, lorsqu’un air de saxo s’invita, en intrus, dans mon rêve. Mon cerveau embrumé sortit son hémisphère gauche du sommeil, et activa ses fonctions d’analyse. D’abord, il reconnut l’air, Misty, mais était formel Dexter Gordon n’était pas dans la chambre, puis après avoir vérifié que ce n’était ni la micro-chaîne, ni le voisinage, il réactiva la fonction sommeil en programmant un nouveau scénario onirique. 

L’histoire de celui-ci avait à peine débutée, que Stardust commença comme un chuchotement plaintif, suivi de Night and Day  en trilles impulsives. Levée en un bond, la main sur l’interrupteur, je cherchais le coupable, l’importun qui troublait mon repos nocturne. J’eus beau scruter, dans le silence désormais complet, rien ne m’indiquait une piste.  Evidemment, j’étais la seule à avoir entendu cette agaçante "aubade de milieu de nuit". J'éteignis et attendis donc, le retour du sommeil ou la suite du concert. Je n’eus pas longtemps à patienter, ce fut bientôt un florilège où les airs se succédaient  quelques dizaines de secondes chacun : Summertime, Stars fell on Alabama,  With the wind and the rain in your hair, Time on my hands. A mesure, il semblait s’enhardir comme le tempo emballé du bien nommé Crazy rhythm ou du déstructuré Picasso qui me fit perdre mon calme.
En allumant, je criais "Lester Young, Stan Getz, Charlie "Bird" Parker, Coleman Hawkins ou qui que vous soyez, dénoncez-vous immédiatement!". Et là, comme hébété devant mes yeux furieux, l’insoupçonnable-insoupçonné coupable se fit prendre en flagrant délit: mon clown saxo. Mon intempestif empêcheur de dormir en paix, c’était lui, une sculpture en bronze, mutique depuis des années!

"Mais tu es complètement dingue avec ton récital nocturne. Et ceux qui voudraient dormir, alors ?!" tonnais-je. Il ne répliqua pas. "Si tu continues, je t’enfonce ton chapeau jusqu’au cou, je lacère ta redingote toutes griffes dehors, et je te fais bouffer ton saxo en sandwich avec tes godasses! D’accord ?!". Il demeura figé comme une statue de marbre. Cependant, je pense qu’il regrette car depuis, tous les matins, il joue quelques notes de I didn’t know what time it was,  à titre d’excuses,  j’imagine. En cela, il doit être comme certains hommes : plutôt mourir que de reconnaître ses torts. Enfin, il est prévenu, s’il recommence sa sarabande crépusculaire, je vends son saxophone sur E Bay.


Clwn-saxo.jpg

Clown saxo. Sculpture en bronze de 31 cm. Achat de mes 19 ans et pour l'instant, toujours silencieux.

Publié dans Nouvelles

Commenter cet article